Cliquez ici si la page ne s'affiche pas correctement.

MILK-NEWS

http://www.europeanmilkboard.org

Chers éleveurs, chers intéressés,

Après plusieurs années de négociations, l'Union européenne et le Canada ont conclu un accord de libre-échange. Personne ne semble cependant réellement satisfait du résultat. « Fromages contre bœuf », résuma le quotidien français Le Monde les résultats de l'accord. Le Canada devrait ainsi étendre ses importations de fromage provenant d'Europe (même si déjà à l'heure actuelle la majorité des importations de fromage au Canada proviennent de l'UE) et l'UE devrait, en contrepartie, importer plus de viande de bœuf.

Même si les parlements des deux côtés doivent encore donner leur accord, déjà maintenant les producteurs des deux rives de l'Atlantique montent aux barricades, car ils craignent les effets négatifs de l'accord.

Cela montre une nouvelle fois quelles sont les conséquences d'une libéralisation des marchés sans aucune restriction. La voie est uniquement dictée par les besoins des grandes multinationales, au détriment des petits producteurs qui souhaitent suivre un mode de production respectueux de l'environnement et des besoins des consommateurs. Cela vaut également pour les exploitations laitières familiales. Elles aussi auraient besoin d'une régulation plus efficace, afin d'éviter que les forces du marché, définitivement libérées après la suppression des quotas en 2015, continuent à faire ravage.

Tout cela ne laisse rien présager de bon pour l'accord de libre-échange entre l'UE et les États-Unis, encore plus important et dont les négociations se font à huis clos, sans aucune transparence. Car les normes peu strictes de la production laitière aux États-Unis, où l'utilisation d'hormones de croissance est autorisée, n'ont certainement aucune place dans l'UE. Les décideurs politiques à Bruxelles doivent enfin en prendre conscience !

Mais heureusement l'opposition de l'opinion publique face à une politique ultralibérale s'accentue. C'est pourquoi l'European Milk Board et ses organisations membres soutiennent des initiatives à Bruxelles telles que l'Alternative Trade Mandate (voire l'invitation à la manifestation de lancement dans cette édition du bulletin mensuel de l'EMB) et l'Alliance D19-20. Ces initiatives ont commencé à organiser de manière plus efficace l'opposition de la société civile en faveur d'un système commercial et économique plus équitable.

Sieta van Keimpema (Vice-Présidente de l'EMB)

Rencontre des producteurs laitiers belges avec le Président de la Commission européenne

Comme en ont informé la plateforme internet Ostbelgien Direkt et le quotidien belge l'Avenir, le 17 octobre les producteurs laitiers du MIG, l'une des organisations membres belges de l'EMB, ont rencontré le Président de la Commission européenne José Manuel Barroso dans la ville belge de Liège. Sous la direction du membre du Comité directeur de l'EMB Erwin Schöpges, les agriculteurs ont saisi cette occasion pour présenter leur point de vue sur l'avenir de la production laitière en Europe et en Belgique.

Dans la discussion, les membres du MIG ont surtout souligné que Monsieur Barroso, en tant que Président de la Commission européenne, devrait arrêter de promouvoir uniquement l'agriculture industrielle.

suite...

Non au maintien du « statu quo »

Veuillez trouver ci-dessous l'invitation au débat, à l'action et à la célébration dans le cadre du lancement de l'Alternative Trade Mandate (ATM) les 26 et 27 novembre 2013 à Bruxelles

Le système commercial actuel ne fonctionne pas. Des tonnes d'aliments - souvent dangereux pour la santé - sont jetées, pendant que des millions de personnes souffrent de faim. La politique commerciale de l'UE a joué un rôle important dans le déclenchement et l'aggravation de la crise actuelle économique, alimentaire, énergétique et de l'environnement. Mais le lancement récent des négociations commerciales entre l'UE et les États-Unis montre que l'UE en veut encore davantage, c.à.d. davantage d'accords commerciaux destructifs qui anéantissent les garde-fous existant en matière sociale et environnementale, dans le seul but d'augmenter les bénéfices des grandes entreprises.

suite...

Situation actuelle de la production laitière en Irlande

L'année 2013 a révélé deux côtés très différents de la production laitière en Irlande. La première moitié de l'année était caractérisée par des conditions climatiques très mauvaises et un besoin accru de fourrages. Cela a provoqué une augmentation des coûts et un niveau élevé d'endettement des exploitations laitières en Irlande. La seconde moitié de l'année a quant à elle connu un temps exceptionnellement beau, permettant une croissance de l'herbe au dessus de la moyenne et une augmentation considérable de l'offre de lait dans l'ensemble de l'île.

Le mois d'octobre était également un mois caractérisé par des températures douces, des pâturages regorgeant d'herbe et un approvisionnement abondant en fourrages pour les mois d'hiver à venir.

suite...

Situation économique difficile pour les producteurs laitiers allemands

Les exploitations laitières sont loin de s'être remises des conséquences économiques de la crise du lait. Ceci est le résultat d'une analyse de données du réseau allemand d'exploitations pilotes ainsi que du réseau d'information comptable agricole de l'Union européenne (RICA). Cette analyse avait été effectuée par le bureau d'expertise allemand Büro für Agrarsoziologie und Landwirtschaft (BAL) à la demande du MEG Milch Board.

Dr. Karin Jürgens (BAL) a d'abord procédé à l'analyse de l'évolution à long terme du revenu des exploitations (valeur ajoutée nette), en prenant en compte la perte du pouvoir d'achat. Les revenus réels des producteurs laitiers n'ont ainsi plus augmenté au cours des 20 dernières années.

suite...

Irlande du Nord : l'organisation d'Irlande du Nord Farmers for Action revendique une législation sur le coût de production

L'organisation Farmers For Action (FFA) a saisi l'opportunité de pousser la Commission agricole du parlement régional d'Irlande du Nord à demander un projet de loi statuant que les agriculteurs d'Irlande du Nord doivent recevoir pour leurs produits un prix qui couvre au minimum le coût de la production ainsi qu'une marge qui leur serve de filet de sécurité. À l'origine, cette idée avait été lancée par l'organisation Fairness for Farmers in Europe, dont la FFA est membre. En effet, Fairness for Farmers in Europe avait soumis cette idée en janvier 2011 en tant que partie prenante dans le cadre de la réforme de la PAC.

suite...

Calendrier EMB

Veuillez trouver ici quelques rendez-vous importants du Comité directeur de l'EMB en novembre 2013 

  • 5.11.: Groupe consultatif de la Commission européenne sur la thématique du lait, Bruxelles

  • 6.11.: Débat sur l'accord de libre-échange entre l'UE et les États-Unis (AECG) au Parlement européen, Bruxelles

  • 26/27.11.: Assemblée générale de l'EMB à Hambourg, Allemagne

  • 28.11.: Présentation du projet italien du lait équitable à Milan, Italie

suite...

>

Textes Complèts

>

Rencontre des producteurs laitiers belges avec le Président de la Commission européenne

Comme en ont informé la plateforme internet Ostbelgien Direkt et le quotidien belge l'Avenir, le 17 octobre les producteurs laitiers du MIG, l'une des organisations membres belges de l'EMB, ont rencontré le Président de la Commission européenne José Manuel Barroso dans la ville belge de Liège. Sous la direction du membre du Comité directeur de l'EMB Erwin Schöpges, les agriculteurs ont saisi cette occasion pour présenter leur point de vue sur l'avenir de la production laitière en Europe et en Belgique.

Dans la discussion, les membres du MIG ont surtout souligné que Monsieur Barroso, en tant que Président de la Commission européenne, devrait arrêter de promouvoir uniquement l'agriculture industrielle. En ce faisant, il agit selon eux uniquement dans l'intérêt des multinationales et des banques. En revanche, il serait important que les agriculteurs reçoivent un salaire équitable pour leur travail. Il s'agirait là de l'unique manière d'assurer l'avenir de l'agriculture paysanne et familiale. Après la suppression des quotas laitiers en 2015, un système de régulation de l'offre serait dès lors nécessaire pour le marché laitier, afin de permettre aux producteurs laitiers de couvrir leurs coûts de production. L'appel d'Erwin Schöpges au Président de la Commission était ainsi clair : "Faites quelque chose pour les producteurs laitiers !".

José Manuel Barroso n'était pas d'accord avec ces reproches et répondit qu'il n'était pas du tout complice des grandes multinationales. Selon lui, il n'aurait rien à voir avec eux et s'intéresse uniquement à la Politique agricole commune. Il se disait ainsi ouvert à une discussion à l'avenir et remercia les agriculteurs pour le cadeau - une photo de vaches laitières belges qui lui rappelait une région dans son pays natal, le Portugal.

Christian Schnier (EMB)

>

Non au maintien du « statu quo »

Veuillez trouver ci-dessous l'invitation au débat, à l'action et à la célébration dans le cadre du lancement de l'Alternative Trade Mandate (ATM) les 26 et 27 novembre 2013 à Bruxelles

Le système commercial actuel ne fonctionne pas. Des tonnes d'aliments - souvent dangereux pour la santé - sont jetées, pendant que des millions de personnes souffrent de faim. La politique commerciale de l'UE a joué un rôle important dans le déclenchement et l'aggravation de la crise actuelle économique, alimentaire, énergétique et de l'environnement. Mais le lancement récent des négociations commerciales entre l'UE et les États-Unis montre que l'UE en veut encore davantage, c.à.d. davantage d'accords commerciaux destructifs qui anéantissent les garde-fous existant en matière sociale et environnementale, dans le seul but d'augmenter les bénéfices des grandes entreprises.

L'alliance Alternative Trade Mandate, un groupe de près de 60 groupements de la société civile de toute l'Europe - dont l'EMB - ont élaboré ensemble une vision alternative de la politique commerciale européenne : une politique qui place les intérêts des personnes et de la planète avant ceux des grandes entreprises.

Venez nous rejoindre les 26 et 27 novembre à Bruxelles, quelques jours avant le sommet de l'Organisation mondiale du commerce à Bali. Nous présenteront cette alternative au monde et détaillerons les grandes lignes de notre plan pour une belle campagne en vue des élections européennes qui nous aidera à faire de notre vision une réalité.

 

Programme :

26 novembre 2013

13h30-18h00 Assemblée avec des militants d'Europe et de pays du Sud pour présenter et discuter de nos alternatives et de notre campagne en vue des élections européennes en 2014

18h00-22h00 Délicieux repas & boissons et musique live

27 novembre 2013

10h00-12h00 Action conjointe : marche « résistance et alternatives » à travers le quartier européen

13h00-15h30 Alternative Trade Mandate - réunion de l'alliance pour discuter de la campagne en vue des élections européennes

 

Pour plus d'informations nous vous invitons à visiter le site internet d'ATM à l'adresse suivante (site an anglais) : http://www.alternativetrademandate.org/

Christian Schnier (EMB)

>

Situation actuelle de la production laitière en Irlande

L'année 2013 a révélé deux côtés très différents de la production laitière en Irlande. La première moitié de l'année était caractérisée par des conditions climatiques très mauvaises et un besoin accru de fourrages. Cela a provoqué une augmentation des coûts et un niveau élevé d'endettement des exploitations laitières en Irlande. La seconde moitié de l'année a quant à elle connu un temps exceptionnellement beau, permettant une croissance de l'herbe au dessus de la moyenne et une augmentation considérable de l'offre de lait dans l'ensemble de l'île.

Le mois d'octobre était également un mois caractérisé par des températures douces, des pâturages regorgeant d'herbe et un approvisionnement abondant en fourrages pour les mois d'hiver à venir. Selon les prévisions, les animaux pourront rester dehors jusqu'à la mi-novembre dans certaines régions du pays. Ce temps exceptionnel, auquel vient s'ajouter un prix de base du lait de 39 centimes par litre, a provoqué un dépassement des quotas laitiers nationaux.

Sur base de l'offre mensuelle pondérée, l'Irlande a dépassé son quota de 0,42% à la fin du mois de septembre. À la fin du mois de mai, le niveau de la production irlandaise demeurait encore de 4,6% en dessous du quota. Il est très probable que l'offre ait encore augmenté davantage en octobre et que l'Irlande dépasse son quota mensuel pondéré d'un pourcent à la fin du mois. Cela signifie qu'un superprélèvement devra très probablement être payé à la fin de l'année contingentaire, à moins qu'un choc de l'offre ait lieu dans les mois à venir.

Paul Smyth (ICMSA)

>

Situation économique difficile pour les producteurs laitiers allemands

Les exploitations laitières sont loin de s'être remises des conséquences économiques de la crise du lait. Ceci est le résultat d'une analyse de données du réseau allemand d'exploitations pilotes ainsi que du réseau d'information comptable agricole de l'Union européenne (RICA). Cette analyse avait été effectuée par le bureau d'expertise allemand Büro für Agrarsoziologie und Landwirtschaft (BAL) à la demande du MEG Milch Board.

Dr. Karin Jürgens (BAL) a d'abord procédé à l'analyse de l'évolution à long terme du revenu des exploitations (valeur ajoutée nette), en prenant en compte la perte du pouvoir d'achat. Les revenus réels des producteurs laitiers n'ont ainsi plus augmenté au cours des 20 dernières années. Par rapport à l'année de référence 1991, leur revenu réel a même sensiblement diminué. Cette diminution est d'autant plus apparente chez les plus grandes exploitations laitières. Les restructurations dans le secteur agricole, l'augmentation des volumes de lait produits et l'agrandissement des cheptels laitiers n'ont pas apporté d'amélioration. Dans l'état fédéré allemand de la Rhénanie-Palatinat par exemple, le revenu des exploitations avec 90 vaches laitières est tombé de 102.000 à 90.000 euros entre 2002 et 2009, ce qui correspond à un revenu réel de 64.000 euros. Au Schleswig-Holstein, le revenu nominal n'a augmenté que légèrement de 110.000 (en 2002) à 119.000 euros (en 2009), ce qui correspond à un revenu réel de seulement 84.000 euros. De ces montants, le coût de la vie et les salaires pour les 2,4 salariés en moyenne n'ont pas encore été déduits. Le recul le plus prononcé s'est produit suite à la crise du lait des deux années consécutives 2008 et 2009, caractérisées par une diminution annuelle des revenus de 15 à 50 pourcent.

« Les conséquences le la crise du lait se font sentir jusqu'à aujourd'hui », explique Karin Jürgens. « Chez les plus grandes exploitations, les obligations financières par kilo de lait s'élèvent à 30-50 centimes. Ce n'est pas seulement le double par rapport aux plus petites exploitations, mais de plus elles ne diminuent plus malgré l'augmentation des volumes de lait produits ». En conséquence, le règlement des dettes est reporté, les investissements nets ont fortement diminués après la crise et les réserves s'épuisent peu à peu. « La hauteur des flux de trésorerie montre que sans les primes, les exploitations auraient couru le danger d'un manque de liquidités », poursuit Madame Jürgens.

« Nous nous attendions à des chiffres démontrant une situation difficile, mais les résultats extrêmement négatifs de l'étude ont même dépassé toutes nos attentes » s'inquiète le Président du Conseil d'administration du MEG Milch Board, Peter Guhl, au sujet des résultats de l'analyse. « S'il s'agit de garantir une production laitière extensive  en Allemagne, les producteurs laitiers doivent enfin avoir la possibilité de participer au marché et de profiter des bon prix à la vente que nous connaissons actuellement. »

Ute Zöllner (MEG Milch Board)

>

Irlande du Nord : l'organisation d'Irlande du Nord Farmers for Action revendique une législation sur le coût de production

L'organisation Farmers For Action (FFA) a saisi l'opportunité de pousser la Commission agricole du parlement régional d'Irlande du Nord à demander un projet de loi statuant que les agriculteurs d'Irlande du Nord doivent recevoir pour leurs produits un prix qui couvre au minimum le coût de la production ainsi qu'une marge qui leur serve de filet de sécurité. À l'origine, cette idée avait été lancée par l'organisation Fairness for Farmers in Europe, dont la FFA est membre. En effet, Fairness for Farmers in Europe avait soumis cette idée en janvier 2011 en tant que partie prenante dans le cadre de la réforme de la PAC.

Tant en Irlande du Nord qu'en Europe en général, les politiques soutiennent toujours que le marché libre ne peut pas être entravé. Néanmoins, le gouvernement décentralisé d'Écosse tente actuellement d'introduire une législation prévoyant un prix minimum pour l'alcool dans les grandes surfaces afin de prévenir la consommation excessive d'alcool (« binge drinking ») parmi les jeunes. Mais comment est-ce possible ? La réponse : il s'agit d'un problème relatif au bien-être social. Selon le Professeur Wetherill, expert en législation européenne à l'Université d'Oxford, l'Union européenne ne peut pas entraver le marché libre, sauf s'il s'agit d'une question de bien-être ou de santé publique. S'il existe un problème de bien-être social, celui-ci prévaudra toujours !

C'est dans ce principe que réside la chance de la FFA en Irlande du Nord si nous parvenons à franchir le labyrinthe politique. Les faits parlent d'eux-mêmes : au Royaume-Uni, un exploitant agricole familial sur quatre vit en-dessous du seuil de pauvreté et le nombre d'appels aux lignes d'assistance téléphonique en cas de crise a augmenté en flèche. Nous avons donc des preuves. Cependant, la FFA craint que l'industrie ou d'autres acteurs exerceront leur influence contre cette proposition auprès des représentants politiques. Durant l'été, la FFA a accentué ses efforts de lobbying auprès des partis politiques représentés au sein de la Commission agricole. Le prochain pas consistera en des rencontres avec les responsables de l'Église d'Irlande du Nord afin de forcer les politiques à s'unir pour soutenir cette initiative législative. Jusqu'à deux ans peuvent passer avant que le projet devienne loi. Nous vous tiendrons informés de nos avancées à ce sujet.

William Taylor (coordinateur de la FFA UK NI)

>

Calendrier EMB

Veuillez trouver ici quelques rendez-vous importants du Comité directeur de l'EMB en novembre 2013 

  • 5.11.: Groupe consultatif de la Commission européenne sur la thématique du lait, Bruxelles

  • 6.11.: Débat sur l'accord de libre-échange entre l'UE et les États-Unis (AECG) au Parlement européen, Bruxelles

  • 26/27.11.: Assemblée générale de l'EMB à Hambourg, Allemagne

  • 28.11.: Présentation du projet italien du lait équitable à Milan, Italie

Mentions légales

European Milk Board asbl
Rue de la Loi 155
B-1040 Bruxelles
Tél: +32 2808 1935
Fax: +32 2808 8265
E-Mail: office@europeanmilkboard.org
Website: http://www.europeanmilkboard.org