Cliquez ici si la page ne s'affiche pas correctement.

MILK-NEWS

http://www.europeanmilkboard.org

Chers éleveurs, chers intéressés,

Le 24 septembre a eu lieu à Bruxelles la conférence sur l'avenir du marché laitier après 2015. Cet événement était d'une importance capitale pour les producteurs laitiers européens. Nous, producteurs laitiers réunis au sein de l'EMB, avons laissé une bonne impression. Nous nous sommes présentés en tant qu'acteur responsable du secteur laitier, grâce à nos propositions constructives étayées par une étude scientifique. Nous pouvons dès lors être fiers et rencontrer la soi-disant puissante industrie laitière et ses associations à pied égal. Tout l'argent qu'elle a investi et tous ses lobbyistes bien payés ne l'ont pas aidée. Lorsqu'il s'agit du lait, ce sont encore toujours les éleveurs qui défendent des bonnes perspectives d'avenir, grâce à leur savoir-faire mais aussi parce que cette volonté leur vient du fond du cœur.

Après notre déception suivant les conclusions de la réforme de l'organisation commune des marchés des produits agricoles, où des mesures raisonnables telles que la réduction volontaire de la production n'ont pas été retenues, cette conférence nous a fait du bien. Dans son discours d'ouverture le Commissaire à l'agriculture Dacian Ciolos a annoncé que la Commission européenne prévoyait la mise en place d'une instance d'observation pour le marché laitier (voir aussi l'article à ce sujet dans la présente édition du bulletin mensuel). L'objectif de cette instance serait de garantir plus de transparence et donc de diminuer la volatilité des prix. Il demeure cependant encore incertain si cet objectif peut être atteint sans instruments assurant une régulation flexible de l'offre de lait. Mais il s'agit en tout cas d'un premier pas et il est certainement possible, à l'avenir, d'étendre les compétences de cette instance d'observation.

Ce qui importe maintenant, c'est que la Commission européenne continue sur ce chemin et qu'elle mette en œuvre ses propositions. Nous, producteurs laitiers, comptons sur elle. La Commission prévoit, d'ici la fin de l'année, d'évaluer les résultats de la conférence et d'en tirer des conclusions. Dans ce cadre il est important qu'elle propose des mesures et des instruments pour le marché laitier aussi concrets que possible.

Malheureusement il ne reste plus beaucoup de temps jusqu'à la fin du mandat du Commissaire à l'agriculture Ciolos qui occupera cette fonction encore jusqu'au milieu de l'année prochaine. De ce fait, la Commission européenne doit absolument présenter des nouvelles propositions avant cette date. Et il faut qu'il s'agisse là de propositions contraignantes. Dans les mois à venir, les producteurs laitiers de l'EMB soutiendront la Commission sur ce bon chemin, autant que possible. Mais nous allons également faire entendre notre voix à Bruxelles si elle devait s'écarter de ce chemin.

Romuald Schaber (Président de l'EMB)

Le Commissaire à l'agriculture annonce la mise en place d'une instance d'observation pour le marché laitier

Selon les déclarations du Commissaire à l'agriculture Dacian Ciolos à l'occasion de la grande conférence sur l'avenir du marché laitier de l'UE après 2015 qui eut lieu le 24 septembre à Bruxelles, la Commission européenne prévoit la mise en place d'une instance d'observation pour le marché laitier. Chaque mois ou chaque trimestre, cette instance recueillerait des informations sur l'évolution de la production et de la consommation de lait, dans le but d'atténuer les conséquences de la volatilité croissante des prix sur le marché laitier après 2015. Elle pourrait ainsi servir de système d'alerte précoce et prévenir d'importants déséquilibres du marché. Selon le Commissaire, il ne serait cependant pas encore clair quelles seraient la structure et la forme exactes de cette instance d'observation.

suite...

Conférence sur le lait à Bruxelles : Les producteurs laitiers présentent des propositions scientifiquement fondées pour le marché laitier de l'UE après 2015

L'EMB a publié le communiqué de presse suivant à l'occasion de la conférence sur l'avenir du marché laitier de l'UE après 2015 qui eut lieu le 24 septembre à Bruxelles :

(Bruxelles, le 25 septembre 2013) Environ 450 représentants de l'ensemble du secteur laitier ainsi que des institutions européennes se sont rencontrées hier lors d'une conférence à Bruxelles, afin de discuter ensemble de l'avenir du marché laitier de l'UE après la suppression des quotas laitiers en 2015. À cette occasion, la Commission européenne a présenté les résultats d'une étude approfondie sur le marché laitier après 2015, auxquels les différents acteurs du secteur laitier étaient invités à réagir. La Commission européenne a l'intention de se baser sur les informations et opinions recueillies lors de la conférence au moment de décider si d'autres mesures législatives seront nécessaires pour le marché laitier.

suite...

Étude scientifique sur l'agence de surveillance européenne

Pour la première fois, la revendication principale de l'European Milk Board (EMB) pour une Agence de surveillance européenne avec comme objectif une régulation flexible de la production de lait sur le marché de l'UE a été étayée par une étude scientifique. L'expertise en question, effectuée par le bureau d'étude allemand Büro für Agrar- und Regionalentwicklung sous la direction de Madame Andrea Fink-Keßler, fut présentée à l'occasion de la conférence sur l'avenir du marché laitier de l'UE après 2015, qui eut lieu le 24 septembre 2013 à Bruxelles.

Le point de départ de l'étude est la crise du marché laitier en Europe de 2008-2009 ainsi que la dérégulation des marchés laitiers de l'UE en cours depuis 2003.

suite...

Lancement du nouveau lait équitable en Belgique

En Belgique, la famille du lait équitable, projet européen initié par l'EMB, s'est agrandie. Après le succès du lait demi-écrémé, du lait entier chocolaté et de la crème glacée, la coopérative belge Faircoop a lancé le lait entier sous le label des fermiers belges Fairebel. Les membres de la Faircoop sont, pour la plupart, des membres des deux organisations belges de l'EMB MIG et FMB.

Le lait entier Fairebel a été présenté officiellement au public le 28 septembre 2013, lors d'une conférence de presse dans le centre de Bruxelles. L'événement était une attraction pour les citoyens intéressés et les familles avec enfants, notamment grâce au décor unique que constituaient quelques vraies vaches ainsi que les Justines, les célèbres vaches multicolores de l'EMB.

suite...

Dernières nouvelles de Suisse

En Suisse, les prix du lait demeurent toujours à un niveau trop bas. L'organisation interprofessionnelle BOM, dominée par les chaînes de distribution et l'industrie de transformation, refuse d'augmenter le prix de référence. Même si le prix de référence n'est qu'indicatif, son augmentation, telle que revendiquée par les producteurs depuis des mois, lancerait un signal important aux acteurs de la chaîne.

suite...

Calendrier EMB

Veuillez trouver ici quelques rendez-vous importants du Comité directeur de l'EMB en octobre 2013 

  • 14 octobre : Groupe consultatif de la Commission européenne sur la PAC, Bruxelles

  • 15 octobre : Réunion du Comité directeur à Bruxelles

suite...

>

Textes Complèts

>

Le Commissaire à l'agriculture annonce la mise en place d'une instance d'observation pour le marché laitier

Selon les déclarations du Commissaire à l'agriculture Dacian Ciolos à l'occasion de la grande conférence sur l'avenir du marché laitier de l'UE après 2015 qui eut lieu le 24 septembre à Bruxelles, la Commission européenne prévoit la mise en place d'une instance d'observation pour le marché laitier. Chaque mois ou chaque trimestre, cette instance recueillerait des informations sur l'évolution de la production et de la consommation de lait, dans le but d'atténuer les conséquences de la volatilité croissante des prix sur le marché laitier après 2015. Elle pourrait ainsi servir de système d'alerte précoce et prévenir d'importants déséquilibres du marché. Selon le Commissaire, il ne serait cependant pas encore clair quelles seraient la structure et la forme exactes de cette instance d'observation.

Pour l'European Milk Board, le plan de la Commission de mettre en place une telle instance d'observation du marché constitue un premier pas dans la bonne direction. La transparence dans le marché laitier est indispensable pour permettre de réagir rapidement et de manière flexible à des déséquilibres du marché. Mais les compétences de cette instance devront encore être étendues, afin de lui permettre de réguler activement l'offre sur le marché laitier. Cela constitue l'unique façon de combattre de manière efficace les conséquences négatives d'une importante volatilité des prix, tant  pour les producteurs que pour les consommateurs.

Christian Schnier (EMB)

>

Conférence sur le lait à Bruxelles : Les producteurs laitiers présentent des propositions scientifiquement fondées pour le marché laitier de l'UE après 2015

L'EMB a publié le communiqué de presse suivant à l'occasion de la conférence sur l'avenir du marché laitier de l'UE après 2015 qui eut lieu le 24 septembre à Bruxelles :

(Bruxelles, le 25 septembre 2013) Environ 450 représentants de l'ensemble du secteur laitier ainsi que des institutions européennes se sont rencontrées hier lors d'une conférence à Bruxelles, afin de discuter ensemble de l'avenir du marché laitier de l'UE après la suppression des quotas laitiers en 2015. À cette occasion, la Commission européenne a présenté les résultats d'une étude approfondie sur le marché laitier après 2015, auxquels les différents acteurs du secteur laitier étaient invités à réagir. La Commission européenne a l'intention de se baser sur les informations et opinions recueillies lors de la conférence au moment de décider si d'autres mesures législatives seront nécessaires pour le marché laitier.

En tant qu'un de trois principaux intervenants et seule organisation représentant essentiellement les intérêts des producteurs laitiers européens, l'European Milk Board (EMB) a eu l'occasion de présenter ses propres propositions pour le marché laitier de l'UE après 2015. Le Président de l'EMB Romuald Schaber et Madame Fink-Kessler du bureau d'études allemand BAR (Büro für Agrar- und Regionalentwicklung) ont présenté le contenu et les résultats de la nouvelle étude sur l'instrument d'une Agence de surveillance européenne, lancée par l'EMB. Selon les résultats de l'expertise, une agence de surveillance européenne permettrait - grâce à un ajustement flexible de la production de lait à la demande du marché - de garantir un équilibre constant du marché et de stabiliser le prix du lait à un niveau couvrant en moyenne le coût de production. Une production laitière durable et extensive et l'approvisionnement de l'UE en lait seraient ainsi garantis.

« Aujourd'hui nous avons à nouveau pu constater à quel point il est important que les producteurs de lait de l'EMB fassent preuve de leur détermination et qu'ils mettent à disposition leur savoir et leur expertise dans les discussions sur le marché laitier après 2015  », affirme le Président de l'EMB Romuald Schaber à l'issue de la conférence. « L'idéologie de la libéralisation des marchés laitiers est dangereuse et peu réaliste. Il faut dès lors la contrer avec des arguments forts. Dans ce contexte, les pronostics sont à voir avec réserve. Comme nous montre l'expérience du passé, les pronostics ne correspondent en général pas à l'évolution réelle du marché. Il est dès lors primordial que nous ayons des bons instruments à notre disposition, qui nous permettent de réagir de manière flexible à l'évolution du marché », poursuit-il.

En sa qualité de confédération européenne des organisations de producteurs de lait, le European Milk Board (EMB) compte actuellement 19 organisations affiliées, réparties dans 14 pays européens et représentant, dans leur ensemble, environ 100 000 éleveurs laitiers. Les pays représentés dans ses rangs produisent près de 75 pourcent du lait européen.

Christian Schnier (EMB)

>

Étude scientifique sur l'agence de surveillance européenne

Pour la première fois, la revendication principale de l'European Milk Board (EMB) pour une Agence de surveillance européenne avec comme objectif une régulation flexible de la production de lait sur le marché de l'UE a été étayée par une étude scientifique. L'expertise en question, effectuée par le bureau d'étude allemand Büro für Agrar- und Regionalentwicklung sous la direction de Madame Andrea Fink-Keßler, fut présentée à l'occasion de la conférence sur l'avenir du marché laitier de l'UE après 2015, qui eut lieu le 24 septembre 2013 à Bruxelles.

Le point de départ de l'étude est la crise du marché laitier en Europe de 2008-2009 ainsi que la dérégulation des marchés laitiers de l'UE en cours depuis 2003. Déjà à l'heure actuelle la situation sur le marché laitier met en danger l'existence des producteurs laitiers. On peut dès lors dire sans exagération que l'avenir qui attend les producteurs après la suppression des quotas en 2015 a déjà commencé. Les faits le montrent clairement : dans l'UE des 15, entre 2007 et 2009, un producteur laitier sur cinq a cessé la production. Dans l'UE des 27 cela concernait même un producteur sur trois.

L'étude montre de façon effrayante à quel point la crise du lait et les années suivantes ont affecté la situation financière des exploitations laitières, jusqu'à pousser un grand nombre d'entre elles à la faillite. Les producteurs laitiers ont perdu des revenus, ne pouvaient plus payer leurs dettes, ont utilisé leur réserves éventuelles et beaucoup d'entre eux ont été poussé à l'insolvabilité. Cette situation a affecté surtout beaucoup de grandes exploitations spécialisées qui avaient beaucoup investi auparavant. Donc des exploitations qui, selon les politiques et les conseillers agricoles, représentent l'avenir de l'Europe.

De plus, les consommateurs n'ont même pas bénéficié du bas niveau des prix à la production. Ainsi, en 2009, les prix à la consommation - au lieu de diminuer - demeuraient encore 14 pourcent au dessus du niveau des prix avant la crise. Selon un rapport de la Commission européenne sur la chaîne alimentaire publié en 2009, les prix à la consommation sont largement découplés des prix payés aux producteurs.

L'étude sur l'Agence de surveillance conclut que les mesures et les instruments politiques adoptés jusqu'à présent, comme par exemple le paquet lait, ne sont pas suffisants. En effet, ils ne combattent pas le problème principal du marché laitier - c.à.d. la surproduction de lait- à la racine. Mais ceci n'est en aucun cas un problème d'une base légale manquante. Le Traité sur le fonctionnement de l'UE stipule à l'article 39 que la politique agricole commune doit stabiliser les marchés et assurer un niveau de vie équitable à la population agricole. De plus, les statistiques depuis la crise du lait montrent qu'une réduction d'un à deux pourcents de la quantité de lait produite suffit pour stabiliser le marché laitier.

D'après les résultats de l'étude, une Agence de surveillance européenne permettrait de transmettre de façon rapide et efficace aux producteurs les signaux de prix du marché. L'adaptation flexible des volumes de lait produits permettrait alors de stabiliser l'équilibre du marché et de garantir que les prix demeurent dans la fourchette de prix, permettent ainsi de couvrir le coût de la production. L'Agence de surveillance offrirait ainsi un moyen réaliste de garantir une production laitière extensive dans l'UE et surtout de maintenir une filière économique importante dans les zones défavorisées et les régions montagneuses.

Pour consulter les résultats et conclusions détaillés de l'étude veuillez vous rendre sur le site internet de l'European Milk Board à l'adresse suivante (voir « Etudes et données ») : http://www.europeanmilkboard.org/fr/emb/position.html.

Christian Schnier (EMB)

>

Lancement du nouveau lait équitable en Belgique

En Belgique, la famille du lait équitable, projet européen initié par l'EMB, s'est agrandie. Après le succès du lait demi-écrémé, du lait entier chocolaté et de la crème glacée, la coopérative belge Faircoop a lancé le lait entier sous le label des fermiers belges Fairebel. Les membres de la Faircoop sont, pour la plupart, des membres des deux organisations belges de l'EMB MIG et FMB.

Le lait entier Fairebel a été présenté officiellement au public le 28 septembre 2013, lors d'une conférence de presse dans le centre de Bruxelles. L'événement était une attraction pour les citoyens intéressés et les familles avec enfants, notamment grâce au décor unique que constituaient quelques vraies vaches ainsi que les Justines, les célèbres vaches multicolores de l'EMB.

Tout comme les autres produits de la gamme Fairebel, la vente du lait entier assure un revenu équitable à tous les acteurs du processus de production et de commercialisation, ainsi qu'un prix équitable au consommateur. De plus, avec le nouveau lait entier, Fairebel mise sur un lait plus naturel. Les producteurs souhaitaient en effet proposer un « vrai » lait entier qui prenne en compte les circonstances naturelles qui font que le contenu du lait de vache en matière grasse varie selon la saison, en fonction de la luminosité et des fourrages disponibles. Ainsi, contrairement au lait entier classique standardisé avec un taux de matière grasse fixe de 3,5 %, le lait entier Fairebel a un taux de matière grasse qui varie entre 3,8 % et 4,4 %. Même s'il est soumis au traitement UHT afin d'assurer sa conservation à plus long terme, le goût et la qualité de ce lait unique sur le marché sont ainsi semblables à ceux du lait cru. Les consommateurs belges ont de quoi se réjouir.

Erwin Schöpges (Président Faircoop)

>

Dernières nouvelles de Suisse

En Suisse, les prix du lait demeurent toujours à un niveau trop bas. L'organisation interprofessionnelle BOM, dominée par les chaînes de distribution et l'industrie de transformation, refuse d'augmenter le prix de référence. Même si le prix de référence n'est qu'indicatif, son augmentation, telle que revendiquée par les producteurs depuis des mois, lancerait un signal important aux acteurs de la chaîne.

Ce refus d'augmentation est surtout dû à trois raisons :

  • Les laiteries qui ont réalisés de grands investissements dans des installations de production pour des produits de masse se trouvent face à des difficultés financières. Pour cette catégorie de produits il n'est pas si facile de faire valoir des augmentations de prix, car ils sont facilement interchangeables. Ces laiteries ne sont ainsi pas à même de réaliser sur le marché le prix de référence pour les producteurs. Et vu qu'elles payent le prix le plus bas, elles reçoivent en outre trop peu de lait pour leur permettre d'utiliser leurs capacités de production à plein rendement.

  • Le nombre de vaches laitières a diminué. La cause principale en sont les prix trop bas sur une période prolongée. Au vu de la situation actuelle, beaucoup de producteurs sont à la recherche d'alternatives à leur laiterie actuelle. Si les prix à la production varient considérablement d'une laiterie à l'autre en fonction des catégories de produits, des changements sont presque inévitables. Mais de tels changements mettraient surtout en péril les laiteries se trouvant déjà en difficultés.

  • Les chaînes de distribution se sont lancées dans la lutte contre les prix élevés. Pour cette raison elles refusent systématiquement d'accepter des prix du lait plus élevés. Et elles savent très bien que leur poids sur le marché est tellement important qu'une augmentation du prix du lait peut uniquement être mise en œuvre lorsqu'elles l'acceptent.

La situation en Suisse montre clairement qu'un niveau de prix bas à long terme a des répercussions sur les volumes produits. Lorsque les prix sont bas depuis si longtemps, les exploitations devraient justement pouvoir profiter de conditions favorables sur le marché, telles que nous les connassons actuellement, pour améliorer leur situation financière. Les responsables au sein de la BOM se nient cependant à regarder la réalité en face. Même l'évolution des derniers mois ne semble pas avoir donné lieu à des réflexions sérieuses : l'année dernière la Suisse avait, à l'aide du système de prélèvements obligatoires, vendu 10 000 tonnes de beurre sur le marché mondial. En revanche, cette année le pays a du importer 500 tonnes de beurre.

Werner Locher (BIG-M)

>

Calendrier EMB

Veuillez trouver ici quelques rendez-vous importants du Comité directeur de l'EMB en octobre 2013 

  • 14 octobre : Groupe consultatif de la Commission européenne sur la PAC, Bruxelles

  • 15 octobre : Réunion du Comité directeur à Bruxelles

Mentions légales

European Milk Board asbl
Rue de la Loi 155
B-1040 Bruxelles
Tél: +32 2808 1935
Fax: +32 2808 8265
E-Mail: office@europeanmilkboard.org
Website: http://www.europeanmilkboard.org