flag de flag gb flag fr
Mentions légales     European Milk Board ASBL | Rue de la Loi 155 | B-1040 Bruxelles

News Details

PDF-Icon Icon-Print

27.11.2018

Que se passe-t-il dans le secteur laitier ?

2013 – 2018 : Des études réalistes sur les coûts montrent la situation réelle sur les 5 dernières années

(Bruxelles, 27/11/2018) Oui, c’est vraiment une bonne question : que se passe-t-il véritablement dans le secteur laitier ? Commençons par quelques chiffres : 32,58 et 34,68 centimes/kg. C’est le montant moyen des prix du lait en Belgique et en Allemagne au cours des cinq dernières années. Que peut-on en déduire sur la situation dans le secteur laitier ? Pas grand-chose. Cela se précise toutefois si l’on ajoute à cela les coûts au cours de ces cinq dernières années. En Belgique, ils s’élevaient en moyenne à 44,58 centimes/kg et en Allemagne à 43,15 centimes/kg de lait produit.
Conclusion : avec un déficit moyen de 12 centimes en Belgique et de 8,50 centimes/kg de lait en Allemagne, il n’est pas étonnant que le revenu des personnes travaillant dans la production laitière soit très inférieur à celui de la moyenne de la population.

Nous devons cet aperçu précis de la situation à une série d’études du BAL (Büro für Agrarsoziologie und Landwirtschaft) commencée il y a cinq ans. Grâce à ces calculs réalistes pour l’Allemagne, il devint enfin possible en 2013 de déterminer clairement la situation réelle des exploitations laitières allemandes. Deux autres pays, la France et les Pays-Bas, vinrent s’y ajouter la même année ; avec la Belgique, le Luxembourg et le Danemark, les études du BAL sont désormais disponibles pour six pays producteurs de lait.

 

En quoi ces études sont-elles si particulières ?

Elles sont :

régulières et récentes : elles sont actualisées tous les ans, parfois même tous les trimestres.

exhaustives : le temps de travail qui passe dans la production de lait est inclus dans les coûts, en tenant compte de la fonction et des qualifications des travailleurs. Cela semble évident, mais vous seriez surpris de voir à quel point ces paramètres sont souvent occultés.

représentatives : car elles utilisent les données reconnues du Réseau d’information comptable agricole (RICA) de l’UE, qui repose sur une banque de données européenne très complète.

comparables : grâce à la banque de données commune de l’UE, il est possible de comparer les calculs pour les différents pays.

 

Que signifient ces études pour les producteurs de lait européens ?
Ces études apportent beaucoup aux producteurs de lait des pays participants. Elles permettent de confronter les responsables politiques à la situation actuelle et de montrer que les conditions dans le secteur laitier sont déficitaires. Les représentants des marques de lait équitable utilisent ces chiffres dans les négociations avec les supermarchés, afin de déterminer le prix équitable d’un litre de lait. La vice-présidente de l’European Milk Board (EMB), Sieta van Keimpema, pense que ces calculs peuvent aussi avoir un rôle moteur dans la discussion : « Ils permettent enfin de mener des débats publics. Mais ces études nous ont également ouvert les yeux, à nous les producteurs de lait. Nous voyons la véritable valeur de notre travail et de celui de nos animaux. Et, soyons honnêtes, ces chiffres nous montrent également la douloureuse réalité et à quel point nous sommes sous-payés. Cela a des conséquences pour l’avenir de l’agriculture. Seuls 6 % des producteurs dans l’UE et 1,68 % aux Pays-Bas ont moins de 35 ans. Dans la catégorie des 35-44 ans, ce chiffre n’est que de 15 %. »

Selon Dr. Karin Jürgens, scientifique du BAL, le bilan des coûts de production et des prix du lait dans tous les pays étudiés montre le dilemme. « Depuis des années, les producteurs de lait doivent vivre avec des prix du lait qui ne répondent pas aux exigences actuelles de développement et à leurs qualifications professionnelles. »

Cela doit changer. Cette situation de déficit pourrait être atténuée par le biais d’un instrument qui protégerait le secteur laitier des crises. Les producteurs de lait de l’EMB préconisent de mettre en œuvre le Programme de responsabilisation face au marché (PRM).
Sieta van Keimpema ajoute à ce sujet : « Nous voulons participer de manière constructive à l’amélioration de la situation sur le marché du lait. C’est pourquoi nous présentons ces études sur les coûts, afin de montrer précisément quelle est la situation dans le secteur. Nous y ajoutons le PRM pour indiquer ce qu’il est possible de faire pour éliminer les crises. »

 

Veuillez trouver ici le Programme de responsabilisation face au marché (PRM)

Veuillez trouver ici l'étude sur les coûts de production (EN)

 

Contacts :

Sieta van Keimpema – Vice-présidente de l'EMB (NL, EN, DE) : +31 (0)612 16 80 00
Silvia Däberitz – Directrice de l'EMB (FR, DE, EN) : +32 (0)2 808 1936


Plus d'actualités

15.10.2018

Les coûts de la production laitière ne sont toujours pas couverts en Allemagne

(Bruxelles, 15/10/2018) Les chiffres trimestriels sur les coûts en Allemagne montrent que les coûts de production n’étaient couverts qu’à 80 % en juillet 2018, alors qu'ils l'étaient à 78 % en avril et encore à 88 % en janvier. En juillet, les coûts de production se montaient à 43,28 centimes. Les producteurs, eux,...

10.10.2018

L'étude sur les coûts de production du lait montre que les coûts et les prix ne convergent pas

Une vue d’ensemble publiée avec des chiffres actuels pour la France, l’Allemagne, le Danemark, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas

20.09.2018

Grève du lait 2009 - neuf ans déjà !

La grève du lait était et reste encore aujourd’hui la seule solution radicale pour obtenir un prix rémunérateur (45 cts le litre). De cette façon, nous pouvions montrer notre solidarité à tous nos énarques, politiques, industriels et coopératives. C’était un investissement pour un avenir meilleur dans la production laitière....

14.09.2018

Bulletin septembre en ligne!

La sécheresse estivale a frappé l’Europe entière. La vague de chaleur persistante a eu un effet néfaste sur les pâturages, la production de foin, l’ensilage ainsi que la production de céréales et de paille. En raison de la sécheresse, les producteurs de lait manquent de fourrages propres, pourtant nécessaires. lire la...

07.09.2018

Les producteurs irlandais sous pression financière

Le mois de septembre dans les exploitations laitières irlandaises est normalement l’époque de la dégustation des fruits d’été et de la préparation de l’automne et de l’hiver à venir. Les factures arrivées à échéance au printemps sont payées et les agriculteurs portent un regard fier et rassuré vers les alignements de leurs...

16.08.2018

Bulletin août en ligne!

C’est avec beaucoup de préoccupation que j’observe les pressions qui s’exercent actuellement sur l’Europe, que ce soient les forces centrifuges en son sein ou la volonté de la démanteler de l’extérieur. Je suis convaincu que cette situation, si elle devait s’exacerber, ne pourrait faire que des perdants. lire la suite...

Afficher les résultats 29 à 35 sur un total de 598