flag de flag gb flag fr
Mentions légales     European Milk Board ASBL | Rue de la Loi 155 | B-1040 Bruxelles

News Details

PDF-Icon Icon-Print

12.12.2018

4000 km et 6 jours aller-retour en car : « Chers chefs d'État, la Politique agricole commune doit enfin être équitable ! »

Les producteurs baltes revendiquent l'alignement des paiements directs aujourd'hui à Bruxelles L'European Milk Board préconise un instrument de crise efficace pour le marché laitier

(Bruxelles, 13/12/2018) : A l’occasion de sa réunion dans le quartier européen de Bruxelles, l’association des producteurs de lait lituaniens LPGA réclame un alignement des paiements directs au sein de la Politique agricole commune (PAC). L’égalité de traitement et une PAC équitable, voilà le slogan de l’alliance des agriculteurs baltes, soutenue par leur organisation faîtière l’European Milk Board (EMB). Cette action s’adresse aux chefs d’État et de gouvernement de l’UE qui, lors du sommet de ce jour à Bruxelles, devront débattre du cadre financier pluriannuel (CFP) de l’UE pour la période 2021-2027, et donc des aides pour le secteur agricole.

 

Les agriculteurs des pays baltes reçoivent les paiements directs les plus bas de l’Union européenne, entre 54 et 60 % de la moyenne européenne, bien que leurs coûts de production soient supérieurs à la moyenne de l’UE. « Déjà en 2013, le Conseil européen avait approuvé un minimum de 196 € par hectare dans tous les pays membres comme objectif pour 2020 », indique Jonas Vilionis, le président de l’association des producteurs de lait lituaniens, pour souligner les efforts déjà entrepris par les producteurs baltes en vue d’une harmonisation des paiements directs. « Tant que les prix du lait ne nous permettent pas de dégager un revenu décent, nous dépendons des subventions de Bruxelles. » D’après les propositions pour la réforme de la PAC présentées par la Commission européenne en juin 2018, les agriculteurs baltes devraient percevoir environ 77 % de la moyenne européenne d’ici à 2027. Pour les producteurs lituaniens, cela n’est toutefois pas suffisant : « Les agriculteurs baltes doivent respecter les mêmes normes de protection de l’environnement, de bien-être animal et de sécurité des aliments que tous les autres membres de l’UE, sans être rémunérés en conséquence. »

 

« Pas d’agriculteurs de seconde classe »

« Il est temps qu’on arrête de nous traiter comme des agriculteurs de seconde classe », réclame Albinas Jusas, producteur de lait de Kaisiadorys, qui a déjà fait environ 2000 kilomètres en car ces trois derniers jours pour venir présenter ses doléances à Bruxelles. Avec la baisse des aides du deuxième pilier de la PAC, qui comprend les investissements, les agriculteurs ne pourront plus investir dans leurs exploitations. « Des prix aux producteurs et des paiements directs trop bas signifient la fin de nos exploitations ! »

 

Des prix du lait couvrant les coûts plutôt que des subventions

L’association des producteurs de lait lituaniens a reçu le soutien de l’European Milk Board, l’organisation faîtière des producteurs de lait européens. « Tant que les agriculteurs dépendent des paiements directs, il est important que les mêmes conditions s’appliquent à tous », explique Erwin Schöpges, le président de l’EMB, qui soutient la revendication d’un alignement des paiements directs au sein de la PAC. « Néanmoins, notre objectif à moyen terme est que les agriculteurs tirent leurs revenus du marché. Il faut donc que les prix du lait permettent de couvrir les coûts de production, y compris un revenu décent pour les producteurs. » Pour lui, les agriculteurs européens en sont encore loin. Selon les données d’Eurostat, le revenu par personne en 2017 ne s’élevait qu’à 46,5 % du revenu moyen dans l’UE. « L’objectif à moyen terme est que les producteurs puissent vivre du prix de leur production, sans devoir dépendre de subventions », expose M. Schöpges.

 

Une stabilisation du marché du lait grâce à des instruments de gestion de crise dans la Politique agricole commune

Les déficits des éleveurs laitiers sont élevés, surtout dans les années de crise qui viennent régulièrement acculer leurs exploitations à la ruine. Une revendication centrale de l’EMB est donc un instrument efficace de gestion de crise, comme le Programme de responsabilisation face au marché (PRM), capable de maintenir l’équilibre sur le marché et de prévenir les baisses du prix du lait.

Kjartan Poulsen, producteur de lait au Danemark et membre du Comité directeur de l’EMB, voudrait voir la prochaine Politique agricole commune dotée d’un instrument de gestion de crise efficace. « Le monde politique doit enfin créer un cadre légal permettant de réagir rapidement aux perturbations du marché. » Une réduction volontaire de la production pourrait ainsi permettre aux éleveurs laitiers de rééquilibrer rapidement le marché en cas de surproduction.

Pour l’European Milk Board, il est également important que l’UE dispose d’un instrument géostratégique, tel que le PRM. « A la lumière de la grande incertitude qui règne autour des conséquences du Brexit, nous avons besoin du Programme de responsabilisation face au marché afin de pouvoir réagir rapidement aux crises géopolitiques », explique Kjartan Poulsen. Sans cet instrument, le marché du lait européen sera à la merci des turbulences qui s’annoncent.

Par solidarité avec ses collègues baltes, M. Poulsen exhorte les chefs d’État et de gouvernement à mettre en place une politique agricole bien articulée et équitable – pour tous les agriculteurs en Europe.

 

Découvrez ici des photos de l'action

 

Contacts :

 

Erwin Schöpges – Président de l'EMB (DE, FR, NL) : +32 497 90 45 47

Kjartan Poulsen – Membre du Comité directeur de l’EMB (DK, EN, DE) : +45 21 28 88 99

Eimantas Bicius – Directeur de l’association des producteurs de lait lituaniens LPGA (LT, EN) : +370 615 85255

Regina Reiterer – Contact presse de l'EMB (FR, DE, EN) : +32 (0)2808 1935


Plus d'actualités

18.04.2018

Romuald Schaber, le président de l’organisation faîtière européenne des producteurs de lait, passe le relais à Erwin Schöpges

(Bruxelles, 18/04/2018) Erwin Schöpges a été désigné président de l’European Milk Board (EMB) hier, lors de l’assemblée générale de l’organisation faîtière européenne. Ce producteur de lait de 53 ans s’engage en faveur d’une politique laitière équitable depuis la fondation de l’EMB. Le comité directeur de l’EMB a également...

17.04.2018

La baisse se poursuit

En janvier 2018, les producteurs de lait allemands ont dû supporter un déficit de 12 %

13.03.2018

Bulletin mars en ligne!

L’année pour nous, les producteurs français, a commencé sur les chapeaux de roues avec tout d’abord les conclusions, par notre cher président Macron, sur les états généraux de l’agriculture et de l’alimentation. Les prix de nos denrées agricoles devront dès maintenant être fixés en fonction de nos coûts de production. lire...

05.03.2018

Vente de lait en poudre en intervention à prix cassé

L’European Milk Board dénonce une braderie

02.03.2018

Une étude du bureau allemand BAL révèle la situation réelle des coûts de production du lait en France

La publication d'une étude sur les coûts de production permet d'aller en avant et de mettre en œuvre les propositions du président de la République

28.02.2018

Présentation des résultats de l'étude sur les coûts de la production laitière en France

Invitation à la conférence de presse conjointe le 2 mars 2018 au Salon de l'agriculture à Paris

05.02.2018

Comité des Régions : La suspension de rachat automatique de lait en poudre risque de précipiter l'Europe dans une nouvelle crise laitière

Suite à la suspension par le Conseil du mécanisme de rachat automatique de lait en poudre, le Comité européen des régions met en garde contre le risque d'une nouvelle crise laitière

Afficher les résultats 36 à 42 sur un total de 581