flag de flag gb flag fr
Mentions légales     European Milk Board ASBL | Rue de la Loi 155 | B-1040 Bruxelles

News Details

PDF-Icon Icon-Print

22.05.2018

Les importations de lait en provenance d’Océanie détruisent les exploitations laitières paysannes

Nous demandons au gouvernement allemand de tourner le dos à la stratégie d’exportations et d’importations à bas prix. L’AbL exige une campagne autour de la qualité.

Le 22 mai, les ministres des affaires étrangères des États membres de l’UE ont adopté le mandat confié à la Commission européenne pour entamer les négociations sur un accord commercial entre l’UE et l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Jusqu’ici, le fragile marché du lait européen était largement protégé des importations. Ce nouvel accord commercial viendrait remettre en cause cette protection.

« La situation sur le marché du lait est actuellement extrêmement sensible et tendue », dit Ottmar Ilchmann, porte-parole de l’AbL (Arbeitsgemeinschaft bäuerliche Landwirtschaft). « Bien que le marché se soit légèrement rétabli au cours des dernières semaines, il n’y a pas de perspective de hausse des prix. Le marché du lait est toujours surchargé. C’est pourquoi le prix que les producteurs perçoivent est toujours inférieur de dix centimes aux coûts de production. Nos exploitations sont déjà acculées à la ruine et ce nouvel accord commercial avec la Nouvelle-Zélande et l’Australie autorisera des importations supplémentaires de lait à pénétrer nos marchés déjà excédentaires. Cela revient à remettre en cause l’existence même de notre agriculture paysanne. »

La Nouvelle-Zélande et l’Australie veulent exporter en premier lieu des produits laitiers, mais aussi de la viande. D’après les calculs de l’institut Thünen, une libéralisation complète aurait pour conséquence, en Allemagne, un recul de la production de lait cru de 3,3% à 3,9% et de 3,9% à 4,5% pour les produits laitiers. La production laitière revient beaucoup moins cher en Océanie qu’en Europe. En Nouvelle-Zélande, cette stratégie de prix bas a un coût. Les dégradations de l’environnement en raison de la surcharge en nutriments provenant de l’agriculture font régulièrement les gros titres de l’actualité.

« Si nous concluons de tels accords commerciaux, nous importons également cette pression sur l’environnement », explique Ottmar Ilchmann. « Dans le même temps, l’orientation vers l’exportation et l’importation à bas prix forcera notre agriculture à devenir de plus en plus intensive. Cette évolution est, de plus en plus, vue d’un mauvais œil par la société et les agriculteurs. L’AbL refuse ce type d’accord commercial avec la Nouvelle-Zélande et l’Australie et demande une campagne centrée sur la qualité dans la politique agricole et commerciale. »

Communiqué de presse du groupement pour une agriculture paysanne AbL, Allemagne

 


Plus d'actualités

06.12.2018

Les producteurs laitiers des pays baltes et l'EMB appellent les chefs d'Etat et de gouvernement à créer des conditions européennes équitables

Invitation aux échanges avec la presse et à l'action des producteurs laitiers le 13 décembre 2018 à Bruxelles

30.11.2018

Bulletin novembre/décembre en ligne!

Solidaires – unis – avec une seule voix L’assemblée générale de l’European Milk Board (EMB) s’est tenue la semaine dernière en Forêt-Noire et les organisations membres y ont débattu de la situation actuelle. lire la suite...

27.11.2018

Que se passe-t-il dans le secteur laitier ?

2013 – 2018 : Des études réalistes sur les coûts montrent la situation réelle sur les 5 dernières années

21.11.2018

Les producteurs de lait européens font preuve de solidarité et parlent d'une seule voix :

« Nous réclamons une politique laitière responsable et une structure efficace pour la politique agricole commune de l'UE. »

19.10.2018

Bulletin octobre en ligne!

Combien coûte la production du lait ? Dans notre secteur, nombre de responsables ont la fâcheuse habitude de considérer le prix du lait comme un point de départ pour mener à bien un examen du marché du lait – une vision bien peu clairvoyante, car pour les producteurs de lait, le coût de production est tout aussi important...

15.10.2018

Les coûts de la production laitière ne sont toujours pas couverts en Allemagne

(Bruxelles, 15/10/2018) Les chiffres trimestriels sur les coûts en Allemagne montrent que les coûts de production n’étaient couverts qu’à 80 % en juillet 2018, alors qu'ils l'étaient à 78 % en avril et encore à 88 % en janvier. En juillet, les coûts de production se montaient à 43,28 centimes. Les producteurs, eux,...

10.10.2018

L'étude sur les coûts de production du lait montre que les coûts et les prix ne convergent pas

Une vue d’ensemble publiée avec des chiffres actuels pour la France, l’Allemagne, le Danemark, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas

Afficher les résultats 36 à 42 sur un total de 610