flag de flag gb flag fr
Mentions légales     European Milk Board ASBL | Rue de la Loi 155 | B-1040 Bruxelles

News Details

PDF-Icon Icon-Print

23.01.2017

Lors d’une grande « action lait en poudre » à Bruxelles, les producteurs de lait exigent :

L’arrêt des ventes de lait en poudre issu de l’intervention ainsi que l’élaboration d’une législation relative à un instrument de gestion de crise permanent !

Bruxelles, 23.01.2017 : – Le lait en poudre, tel un nuage menaçant, envahit l’Europe et l’Afrique. Il inonde les deux continents et exerce une forte pression sur le prix du lait, ramenant celui-ci à un niveau de dumping, alors qu’il venait tout juste de se redresser. – Les agriculteurs de l'European Milk Board (EMB) manifestent aujourd’hui à Bruxelles contre la vente de lait en poudre issu de l’intervention et pour la mise en place d’un instrument de gestion de crise permanent. Les contours de l’Europe et de l’Afrique ont été esquissés à cette fin sur le sol devant le bâtiment du Conseil de l’UE. Un chargeur télescopique fait pleuvoir de la poudre de lait qui recouvre rapidement les deux continents. « Partout en Europe, les producteurs de lait continuent à être confrontés à une grave crise », affirme Sieta van Keimpema, productrice de lait et vice-présidente de l’EMB, dans une allocution adressée aux ministres et à la Commission européenne. « Augmenter encore davantage la pression en offrant du lait en poudre issu de l’intervention sur le marché pose vraiment problème. Même si ces dernières semaines vous avez refusé des offres de prix extrêmement basses – dont nous nous félicitons –, la vente de lait en poudre de l'intervention doit également être évitée à tout prix dans les mois à venir », soutient la vice-présidente. « De plus, tout comme pour l'Europe, il est catastrophique pour les marchés africains d'être inondés de lait en poudre bon marché en provenance de l’UE. »

La légère reprise du marché obtenue grâce à la réduction volontaire des livraisons ne peut être mise en péril !

A la fin de l’année dernière, la limitation volontaire des livraisons a contribué au redressement des prix en Europe. Les 32 centimes payés actuellement par litre de lait ne permettent toutefois pas de couvrir les coûts de production qui s’élèvent à plus de 40 centimes dans l’ensemble de l’Europe. Les prix doivent dès lors continuer à augmenter de façon à arriver enfin à couvrir les coûts. « Il est dès lors primordial de soulager l’engorgement du marché du lait à l’aide d’instruments intelligents qui ne nous retomberont pas dessus plus tard », souligne van Keimpema. « Un Programme de Responsabilisation face au Marché (PRM), basé entre autres sur une réduction volontaire des livraisons en temps de crise, avec simultanément un plafonnement de la production de l’UE, peut réellement empêcher la production d’excédents néfastes. » L’intervention, à savoir le rachat et le stockage de lait en poudre ou de beurre, ne peut résoudre, à elle seule, le problème. Ces quantités continueraient, en effet, à être présentes et empêcheraient une hausse du prix du lait qui est indispensable.

« Certes, l’intervention peut aider à compenser les fluctuations cycliques ; c’est pourquoi, elle ne devrait pas être intégralement rayée de la liste des mesures. Mais elle ne peut pas contrer une crise chronique sur le marché du lait », poursuit van Keimpema.

Stop à la vente de lait en poudre ! Mise en place d'un cadre législatif pour un instrument de gestion de crise !

Tandis que le lait en poudre continue de pleuvoir devant le bâtiment du Conseil, Erwin Schöpges, producteur de lait et membre belge du Comité directeur de l'EMB, présente la position des producteurs laitiers. S’adressant aux ministres de l’UE et à la Commission, il déclare : « Arrêtez de vendre le lait en poudre de l’intervention ! Elaborez un projet de loi visant à introduire un instrument de gestion de crise permanent, et transmettez-le au Parlement ! Il n’y a pas de temps à perdre. Les agriculteurs sont en pleine crise et seule une augmentation de prix et une stabilisation durable du marché permettront de préserver la production de lait dans l’ensemble de l’UE. »

Eu égard aux marchés africains également, il est crucial d’avoir une production de lait équilibrée au sein de l’UE. « Mettons un terme au dumping résultant de la vente à bas prix de poudre de lait sur les marchés des pays en voie de développement. Nous voulons donner des perspectives à la production de lait en Afrique et permettre aux producteurs d’en tirer un revenu », souligne Schöpges, tout en regardant le lait en poudre qui continue à inonder la carte de l’Afrique devant le bâtiment du Conseil.

Programme de responsabilisation face au marché – PRM

Le PRM est un programme pour le secteur laitier européen destiné à entre appliqué lorsque le marché́ du lait est menacé de déséquilibre. Alliant des instruments de surveillance du marché́ et d’intervention réactive, le programme permet l’identification de crises imminentes ainsi qu’un passage à l’action en trois temps.

 

Identification des crises - indice de marché

  • A l’aide d’un indice de marché retraçant l’évolution des cours des produits, des prix du lait et des coûts de production (marge), il est possible d’anticiper l’éclatement d’une crise.
  • Lorsque l’indice dépasse les 100 points, les prix versés aux producteurs couvrent les coûts de production, le marché peut être qualifié de stable et aucune intervention n’est nécessaire. Si l’indice chute sous le seuil des 100 points, les coûts de production ne sont plus couverts. Si l’écart entre les prix versés aux producteurs et les coûts de production se creuse, le pro- gramme de responsabilisation face au marché est activé.

Réaction aux crises – activation du PRM

L’activation du PRM s’articule en trois temps.

1. Alerte rapide (chute de l’indice de 7,5 %)

  • L’agence de surveillance émet un avis d’alerte rapide.
  • Le stockage privé est autorisé́.
  • Des programmes incitatifs encouragent d’autres usages pour le lait tels que l’élevage de veaux au lait entier, l’engraissement au lait des génisses etc.
  • Ce niveau d’alerte est maintenu tant que l’indice ne s’est pas réaligné́ sur les 100 points.

2. Crise (chute de l’indice de 15 %)

  • La crise est officiellement constatée et annoncée par l’agence de surveillance.
  • Les mécanismes centraux du programme de responsabilisation face au marché sont enclenchés.
  • Une période de référence est dé nie.
  • Appel d’offres pour réduction de la production (min. 5 %), prime lors d’une diminution des volumes produits
  • Un prélèvement de responsabilisation du marché est encaissé auprès des exploitations en dépassement dès le premier kilo.

3. Réduction obligatoire (chute de l’indice de 25 %)

  • Réduction obligatoire pour tous des livraisons de lait de 2–3 % durant une période définie, par exemple six mois.

Fin de la crise – Levée des mesures de gestion de la crise

Si l’indice évolue à nouveau en direction des 100 points et que les pronostiques de l’agence de surveillance sont positifs pour l’évolution ultérieure du marché, la crise peut être déclarée terminée. A ce moment, toutes les mesures de restriction de la production sont levées. Les engagements pris sur une base volontaire et contractuelle sont suspendus selon les stipulations convenues.

Pour des informations plus détaillées sur le PRM, voir

 

Contacts :

Sieta van Keimpema, Vice-présidente de l’EMB (DE, EN, NL): +31 (0)6 1216 8000
Erwin Schöpges, Comité d’administration de l’EMB (DE, FR): +32 (0)497 90 4547
Silvia Däberitz – Contact presse de l'EMB (FR, DE, EN) : +32 (0)2808 1936

Télécharger le communiqué de presse (PDF)


Plus d'actualités

10.10.2017
06.10.2017

Bulletin octobre en ligne!

Agriculteur irlandais et européen, la période actuelle me rappelle constamment la vieille bénédiction/malédiction chinoise : « Puisses-tu vivre à une époque intéressante ».  lire la suite...

25.09.2017

Poste vacant chez l'EMB: 75 % - Stelle Office Management / Öffentlichkeitsarbeit

Wir suchen eine Person zur Verstärkung unseres Teams und freuen uns über Ihre aussagekräftige Bewerbung.   Zu Ihren Aufgaben gehören: -       Kommunikation mit den Mitgliedsorganisationen sowie politischen Institutionen und der Presse / Koordination von...

08.09.2017

Bulletin septembre en ligne!

Les prix du lait augmentent et les éleveurs vont bien – tel est le message des articles qui circulent actuellement dans la presse agricole européenne. lire la suite...

02.09.2017

Le prix du lait en Belgique ne couvre que 65 pour cent des coûts de production

(Bruxelles/Battice, le 02/09/2017) : Une étude actuelle sur les coûts de production en Belgique montre qu'en 2016, le coût de la production laitière se montait à 41,37 ct/kg. Le prix du lait moyen payé aux producteurs durant la même période n'ayant atteint que de 26,70 centimes, les coûts de production n'étaient couverts qu'à...

31.08.2017

L'European Milk Board (EMB) présente un document de réflexion sur la réforme de la PAC

Le document contient d’importantes propositions pour la réunion des ministres de l’agriculture à Tallinn

25.08.2017

Action poudre de lait en Allemagne : « Responsabilité pour le marché plutôt que folie de poudre »

Les éleveurs laitiers de l'association allemande des producteurs laitiers BDM mèneront plusieurs actions  « lait en poudre » dans différents états fédéraux dans les prochaines semaines, sous le slogan « responsabilité pour le marché plutôt que folie de poudre ». Les producteurs laitiers ont lancé...

Afficher les résultats 36 à 42 sur un total de 560