flag de flag gb flag fr
Mentions légales     European Milk Board ASBL | Rue de la Loi 155 | B-1040 Bruxelles

News Details

PDF-Icon Icon-Print

29.06.2017

Le beurre et l’argent du beurre

Le marché du lait est actuellement le théâtre d’une évolution étonnante : depuis le début de l’année, les prix payés aux éleveurs laitiers stagnent ou connaissent seulement une hausse très modérée et il est très difficile d’écouler les protéines lactiques, ce qui est certainement lié aux 350 000 tonnes de lait en poudre que l’UE a accumulées à la suite de la crise laitière et qui sont actuellement pratiquement invendables. À l’opposé, la matière grasse du lait, qui est généralement retraitée pour faire du beurre ou de la crème, est plus chère que jamais !

Le prix du beurre en vrac vient ainsi de passer la barre des 6 euros. Dans le commerce de détail, le prix d’une plaquette de beurre a presque doublé depuis l’été dernier et les transformateurs et les médias agitent déjà le spectre d’une pénurie de beurre. Cela est sûrement partiellement dû à une baisse des livraisons de lait à la suite des fermetures d’exploitations et des programmes de réduction, ainsi qu’à la faible teneur en lipides du lait depuis l’année dernière. Par ailleurs, on observe également une croissance de la demande en matière grasse lactique des consommateurs et de l’industrie alimentaire. La mauvaise image des graisses, censées faire grossir et provoquer des maladies cardio-vasculaires (il suffit de prononcer le mot « cholestérol »), s’est transformée. Ce sont désormais les graisses végétales, comme l’huile de palme, qui se retrouvent en butte à la critique d’un point de vue sanitaire, mais aussi environnemental.

Cette réhabilitation des lipides est une très bonne nouvelle pour les éleveurs laitiers. En effet, les laiteries ont prêché pendant des décennies que les matières grasses du lait « mauvaises pour la santé » étaient difficiles à écouler et la rémunération de la teneur en lipides du lait a continuellement baissé, de 10 pfennig par pourcentage de matière grasse à seulement 2,2 centimes actuellement. Ceci était particulièrement fatal au temps des quotas laitiers car une exploitation dont le lait avait une teneur en matière grasse trop élevée voyait son quota réduit, alors que la matière grasse n’était plus rémunérée en conséquence. Les producteurs de lait ont donc naturellement essayé de réduire la teneur en matière grasse, d’une part par l’alimentation, mais aussi en élevant des vaches donnant des teneurs en matière grasse plus faibles. Cela a contribué au « déferlement » des races très laitières et des lignées à fort rendement laitier pour moins de constituants, surtout les Holstein-frisonnes Pie noires et Pie rouges. Cette évolution s’est faite au détriment d’autres races, comme les Rotvieh ou les jersiaises, qui ont été élevées pendant des siècles pour obtenir de bons constituants du lait. De nos jours, on redécouvre leurs qualités. L’entreprise néerlandaise « Holland Jersey » commercialise ainsi des produits laitiers exclusivement à base de lait de vaches jersiaises et met en avant leur bon goût. De plus en plus d’acheteurs directs apprécient également le lait non traité, dont la teneur en matière grasse est naturelle et généralement plus élevée, qu’ils achètent par exemple à des distributeurs automatiques de lait. Les consommateurs accordent de l’importance aux différences de qualité et de goût et sont prêts à mettre la main au portefeuille.

Si les clients sont disposés à payer plus, il reste maintenant aux laiteries à répercuter cette tendance rapidement aux éleveurs laitiers. D’une part, le contexte de prix record du beurre pourrait certainement faire augmenter plus rapidement le prix du lait au producteur. D’autre part, les laiteries pourraient relever la rémunération des lipides du lait, comme ils l’ont réduite à l’époque ou la matière grasse était peu valorisée. Cela favoriserait de manière ciblée la livraison de lait à forte teneur en matière grasse. Il y aurait ainsi une incitation à augmenter de nouveau la teneur en matière grasse, par l’alimentation dans le court terme et, dans le long terme, par de nouvelles orientations d’élevage et même par le choix d’autres races. En conclusion, Messieurs les dirigeants de laiteries : n’hésitez surtout pas à répercuter les effets de prix positifs aux producteurs !

Ottmar Ilchmann, AbL Allemagne


Plus d'actualités

25.08.2017

Action poudre de lait en Allemagne : « Responsabilité pour le marché plutôt que folie de poudre »

Les éleveurs laitiers de l'association allemande des producteurs laitiers BDM mèneront plusieurs actions  « lait en poudre » dans différents états fédéraux dans les prochaines semaines, sous le slogan « responsabilité pour le marché plutôt que folie de poudre ». Les producteurs laitiers ont lancé...

23.08.2017

Étude « Analyse du marché du lait » : l’industrie laitière n’a pas su commercialiser les volumes de lait supplémentaires de manière adéquate

Cette étude avait pour point de départ la chute brutale des prix payés aux producteurs de lait en Allemagne lors de la dernière crise du lait, en 2015 et 2016, ainsi qu’une interrogation sur la nécessité de cette baisse pour le marché. Les prix n’étaient, en effet, pas descendus aussi bas dans les autres pays européens. Pour...

10.08.2017

Bulletin août en ligne!

Depuis 60 ans, l'agriculture passe d'une crise à une autre, aujourd'hui nous pouvons affirmer que nous sommes continuellement en crise. lire la suite...

09.08.2017

Secteur laitier : critique de la Belgique envers un projet français

Il est tout à fait compréhensible que lorsque l'UE omet de prendre des mesures stabilisantes nécessaires, certains États membres de l'UE cherchent eux-mêmes des voies pour débloquer la situation. À titre d'exemple, l'année dernière, le gouvernement français avait obligé les transformateurs d'indiquer l'origine des...

20.07.2017

Appel des producteurs laitiers au Conseil de l‘UE, au Parlement européen et à la Commission :

Reprenez la proposition du Parlement concernant le règlement « omnibus » !

17.07.2017

Coût actuel de la production de lait en Allemagne : 42 centimes par kilo de lait

Le prix ne couvre pas les coûts : un travail de qualité peut-il être rémunéré sous forme de montants négatifs ?

14.07.2017

La vente de lait en poudre de l'intervention empêche la reprise du prix du lait

L'association européenne des producteurs laitiers EMB appelle le Commissaire de l'agriculture Phil Hogan à ne pas brader les stocks

Afficher les résultats 43 à 49 sur un total de 561