flag de flag gb flag fr
Mentions légales     European Milk Board ASBL | Rue de la Loi 155 | B-1040 Bruxelles

News Details

PDF-Icon Icon-Print

09.05.2018

Une baisse des subventions agricoles impose un cadre pour garantir des prix rémunérateurs

L’UE est-elle suffisamment progressiste pour engager véritablement la stabilisation du revenu des agriculteurs ?

(Bruxelles, 09/05/2018) Selon une proposition du commissaire européen au Budget, Günther Oettinger, le budget de l’agriculture doit être réduit de 5 %. Les économies prévues dans le cadre financier pluriannuel (CFP) 2021-2027 ont été présentées la semaine dernière à Bruxelles.

 

Adieu les subventions – vers des prix équitables pour le lait ?

Une réduction des fonds agricoles n’a de sens que si, dans le même temps, il est possible d’atteindre des prix couvrant les coûts. Sinon, la situation des producteurs de lait européens ne fera que s’aggraver. Surtout dans un contexte où ceux-ci ne font que se traîner d’une crise à une autre.

Erwin Schöpges, le président de l’European Milk Board (EMB), n’est pas a priori opposé à une réduction de la dépendance des producteurs aux subventions : « Nous, les producteurs de lait, ne demandons pas mieux que de tirer nos revenus de la vente de notre lait. Encore faudrait-il pour cela que les prix suffisent à couvrir les coûts, c’est-à-dire que notre lait ne doit pas se vendre à un prix inférieur aux coûts de production comme c’est le cas actuellement. » Pour lui, si la politique communautaire prévoit de réduire les subventions, il est d’autant plus urgent de créer les conditions nécessaires pour que les prix couvrent les coûts.

 

Jusqu’ici, l’écart entre les prix et les coûts était atténué par les versements directs

D’après les prévisions de l’UE, les versements directs aux agriculteurs européens devraient être réduits de 4 % à partir de 2021. En Allemagne, par exemple, le coût de production total avant déduction des aides était de 44,48 centimes/kg de lait en janvier 2018. Les producteurs ne se sont toutefois vus verser que 36,75 centimes/kg. Les versements directs de 2,69 centimes/kg de lait ont permis d’amortir légèrement le déficit de 7,73 centimes.

Les collègues français sont dans une situation semblable. Le coût de production total avant déduction des aides était de 49,25 centimes/kg de lait en janvier 2017. Les producteurs ont reçu un prix de 34,42 centimes. Ce déficit important, de près de 15 centimes/kg de lait, était jusqu’ici légèrement tempéré par 4,11 centimes/kg d’aides directes de l’UE.

Si ces versements directs sont réduits à l’avenir, sans qu’on ait mis en place sur le marché un cadre garantissant des prix couvrant les coûts, les revenus des producteurs de lait ne feront qu’empirer. 

 

Un cadre pour un revenu stable des producteurs

L’European Milk Board exige la mise en place d’un cadre légal permettant de maintenir l’équilibre entre l’offre et la demande, et donc d’obtenir des prix stables et suffisants pour couvrir les coûts. Le Programme de responsabilisation face au marché de l’EMB prévoit, par exemple, une renonciation volontaire aux livraisons en cas de déséquilibre du marché afin de s’opposer à la chute des prix entraînée par la surproduction.

Sieta van Keimpema, productrice de lait aux Pays-Bas et vice-présidente de l’EMB, déclare encore : « J’apprécie beaucoup que la Commission européenne formule actuellement des propositions législatives pour lutter contre les pratiques déloyales dans la chaîne d’approvisionnement, et donc au niveau microéconomique. Toutefois, nous avons besoin en premier lieu, au niveau macroéconomique, d’un prix du lait qui couvre les coûts de production. La politique agricole commune a besoin de propositions progressistes et d’un cadre efficace ! »

 

 

Contacts:

Erwin Schöpges – président de l'EMB (FR, DE, NL) : +32 (0)497 904 547
Sieta van Keimpema – vice-présidente de l'EMB (NL, EN, DE) : +31 (0)612 16 80 00
Silvia Däberitz – directrice de l'EMB (FR, DE, EN) : +32 (0)2808 1936


Plus d'actualités

07.09.2018

Les producteurs irlandais sous pression financière

Le mois de septembre dans les exploitations laitières irlandaises est normalement l’époque de la dégustation des fruits d’été et de la préparation de l’automne et de l’hiver à venir. Les factures arrivées à échéance au printemps sont payées et les agriculteurs portent un regard fier et rassuré vers les alignements de leurs...

16.08.2018

Bulletin août en ligne!

C’est avec beaucoup de préoccupation que j’observe les pressions qui s’exercent actuellement sur l’Europe, que ce soient les forces centrifuges en son sein ou la volonté de la démanteler de l’extérieur. Je suis convaincu que cette situation, si elle devait s’exacerber, ne pourrait faire que des perdants. lire la suite...

19.07.2018

Une étude montre le succès du programme de réduction de la production annoncé il y a 2 ans

(Bruxelles, le 19/07/2018) Il y a deux ans – le 18 juillet 2016 – le commissaire européen à l'Agriculture Phil Hogan avait annoncé le programme de réduction de la production pour le marché laitier de l'UE. Cette mesure a été un grand succès et a montré que même de petites réductions ont un effet majeur sur le prix versé aux...

16.07.2018

Les chiffres actuels de l'Allemagne montrent que l'écart entre les coûts de production et le prix du lait se creuse

(Bruxelles, 16/07/2018) Les chiffres trimestriels sur les coûts de production du lait en Allemagne sont disponibles et montrent que ceux-ci n’étaient couverts qu’à hauteur de 78% en avril 2018, alors qu’ils l’étaient encore à 88% en janvier. En avril, les coûts de production se montaient à 42,70 centimes. Les producteurs, eux,...

13.07.2018

Bulletin juillet en ligne!

En tant que membre récemment élu au Conseil d’administration du European Milk Board, je souhaite attirer votre attention dans mon éditorial sur l’actualité en Irlande. La grogne prend de l’ampleur face à un prix du lait sous-payé en mai par la plus grande coopérative du pays. lire la suite...

11.07.2018

La sécheresse affecte les producteurs de lait européens

Dans de nombreuses régions d’Europe, la vague de chaleur persistante provoque des pénuries extrêmes. Après un printemps pluvieux dans des pays comme l’Irlande, la Grande-Bretagne et la France, la période sèche actuelle a un effet néfaste sur les pâturages, la production de foin ou l’ensilage, ainsi que la production de céréales...

Afficher les résultats 43 à 49 sur un total de 608