flag de flag gb flag fr
Mentions légales     European Milk Board ASBL | Rue de la Loi 155 | B-1040 Bruxelles

News Details

PDF-Icon Icon-Print

29.11.2011

CP: Action de protestation des producteurs de lait suisses et européens : pas d’exportations de dumping avec les montagnes de beurre – Il ne faut pas les produire

Lausanne, le 29 novembre 2011: Des producteurs de lait suisses et leurs collègues européens ont mené une action simultanée sur la frontière de Bâle et de Genève pour dénoncer l’absurdité des exportations de dumping.

Action de protestation des producteurs de lait en Suisse

Des exportations de dumping sont doublement ruineuses : elles détruisent le revenu paysan tant dans le pays producteur que dans le pays d’exportation. Bien que ce fait soit connu de longue date, la Suisse pratique un soi-disant système d’assainissement du marché qui « dégage » les surproductions au moyen d’exportations de dumping vers d’autres pays.

Une partie du beurre dont le prix a été artificiellement abaissé grâce à des prélèvements obligatoires aux producteurs est destinée au marché mondial. Une autre partie de ces produits de dumping sont écoulés sur le marché européen : du fromage maigre à destination de l’industrie est ainsi exporté en bénéficiant de la prime de transformation fromagère. Il en va de même avec du beurre au taux de graisse réduit. Pour ces produits destinés à l’exportations, les producteurs sont payés actuellement 23 centimes (ou 19 cts) par litre de lait.

Des aliments de haute qualité sont ainsi bradés alors qu’ils sont issus d’une production agricole exigeante, en rien différente de celle destinée au marché intérieur. Les bas prix imposés aux producteurs détruisent inexorablement une agriculture paysanne familiale répartie harmonieusement sur l’ensemble du territoire ; ceci des deux côtés de la frontière.

Cela ne devrait pas être une fatalité ; le marché pourrait fonctionner différemment. A l’image de cette action commune, les producteurs suisses et européens réaffirment leur revendication d’une gestion des quantités en Suisse, afin d’éviter les excédents.

La quantité produite doit être adaptée au marché. Ainsi cinq problèmes peuvent être résolus:

  1. Le problème du dégagement coûteux n’existe plus et la pression sur les prix des producteurs se réduit.

  2. Les producteurs de lait des autres pays ne sont pas confrontés à des produits de dumping suisses qui pèsent sur leurs marchés.

  3. Une stabilisation du prix de lait enlève la pression à la course à l’agrandissement des exploitations.

  4. De meilleurs revenus permettent des réinvestissements dans les exploitations et améliorent la qualité de vie des producteurs.

  5. Avec une meilleure valorisation sur les marchés, les Etats et les filières peuvent baisser les fonds d’intervention et de soutien à la production.


Nous revendiquons avec insistance :

  • Stop à la surproduction organisée (plus de 200 millions de litres)

  • Pas de prélèvements forcés pour le dégagement du beurre

  • Pas de segmentation du lait imposée par les transformateurs. Ils l’utilisent de manière arbitraire pour imposer des baisses de prix. Les producteurs sont privés du droit de ne pas produire ce lait bon marché dont la valeur ajoutée a été anéantie ou plutôt captée par une seule partie de la filière. En dernier lieu, ce système manque de transparence car le devoir d’annonce n’est pas respecté.

Au lieu d’utiliser la force obligatoire pour adapter la gestion des quantités à la demande du marché, comme les producteurs l’ont sans cesse revendiqué, le Conseil fédéral a commis un abus coupable en accordant cette force obligatoire au dégagement de la surproduction.

Pour une production laitière rémunératrice et en adéquation aux besoins du marché nous avons besoin d’une gestion des quantités par les producteurs, tant en Suisse qu’en Europe. Il est temps que la défense professionnelle paysanne se rende compte de son pouvoir, au lieu de se mettre à genou devant les exigences de l’industrie et de la grande distribution.

Les producteurs de lait suisses sont solidaires avec leurs collègues européens. Nous ne voulons pas d’une concurrence destructrice imposée par la soif de profit de l’industrie laitière. Une telle concurrence est nuisible et menace la base de notre survie pour des profits à courte échéance.

 

Pour une gestion des quantités par les producteurs en adéquation avec le marché

Contre les baisses de prix du lait, pour des prix équitables !

 

 

Pour une version pdf de ce communiqué de presse, veuillez cliquer ici


Suisse: Uniterre, BIG-M. Allemagne: BDM - Bundesverband deutscher Milchviehhalter, Abl - Arbeitsgemeinschaft bäuerliche Landwirtschaft, France: Apli - Association des producteurs de lait indépendants, Confédération paysanne. Europe : EMB - European Milk Board

 

 

Contacts presse Genève

Uniterre     Pierre-André Tombez, président, +41796345487 (f)

Uniterre     Rudi Berli, secrétaire, +41787077883 (f,d)

Uniterre     Nicolas Bezençon, secrétaire +41795745412 (f)

EMB          Sonja Korspeter, secrétaire, +491786021685 (f,d,e)

 

 

Contacts presse Bâle

Uniterre    Ulrike Minkner, vice-présidente, +41329412934 (f, d)

Uniterre    Samuel Spahn, producteur, +41765127555 (d)

BIG-M      Werner Locher, secrétaire, +41797371164 (d)

BDM        Franz Schweizer, producteur +491717540690 (d)

EMB         Sonja Korspeter, secrétaire, +491786021685 (f,d,e)


Plus d'actualités

20.09.2018

Grève du lait 2009 - neuf ans déjà !

La grève du lait était et reste encore aujourd’hui la seule solution radicale pour obtenir un prix rémunérateur (45 cts le litre). De cette façon, nous pouvions montrer notre solidarité à tous nos énarques, politiques, industriels et coopératives. C’était un investissement pour un avenir meilleur dans la production laitière....

14.09.2018

Bulletin septembre en ligne!

La sécheresse estivale a frappé l’Europe entière. La vague de chaleur persistante a eu un effet néfaste sur les pâturages, la production de foin, l’ensilage ainsi que la production de céréales et de paille. En raison de la sécheresse, les producteurs de lait manquent de fourrages propres, pourtant nécessaires. lire la...

07.09.2018

Les producteurs irlandais sous pression financière

Le mois de septembre dans les exploitations laitières irlandaises est normalement l’époque de la dégustation des fruits d’été et de la préparation de l’automne et de l’hiver à venir. Les factures arrivées à échéance au printemps sont payées et les agriculteurs portent un regard fier et rassuré vers les alignements de leurs...

16.08.2018

Bulletin août en ligne!

C’est avec beaucoup de préoccupation que j’observe les pressions qui s’exercent actuellement sur l’Europe, que ce soient les forces centrifuges en son sein ou la volonté de la démanteler de l’extérieur. Je suis convaincu que cette situation, si elle devait s’exacerber, ne pourrait faire que des perdants. lire la suite...

19.07.2018

Une étude montre le succès du programme de réduction de la production annoncé il y a 2 ans

(Bruxelles, le 19/07/2018) Il y a deux ans – le 18 juillet 2016 – le commissaire européen à l'Agriculture Phil Hogan avait annoncé le programme de réduction de la production pour le marché laitier de l'UE. Cette mesure a été un grand succès et a montré que même de petites réductions ont un effet majeur sur le prix versé aux...

16.07.2018

Les chiffres actuels de l'Allemagne montrent que l'écart entre les coûts de production et le prix du lait se creuse

(Bruxelles, 16/07/2018) Les chiffres trimestriels sur les coûts de production du lait en Allemagne sont disponibles et montrent que ceux-ci n’étaient couverts qu’à hauteur de 78% en avril 2018, alors qu’ils l’étaient encore à 88% en janvier. En avril, les coûts de production se montaient à 42,70 centimes. Les producteurs, eux,...

Afficher les résultats 43 à 49 sur un total de 610