flag de flag gb flag fr
Mentions légales     European Milk Board ASBL | Rue de la Loi 155 | B-1040 Bruxelles

News Details

PDF-Icon Icon-Print

04.05.2011

Communiqué de presse : Volutes de fumée sur le parvis du Parlement européen à Bruxelles - Les producteurs de lait tirèrent la sonnette d’alarme sur l’urgence des problèmes et adressèrent des revendications concrètes aux eurodéputés

Accompagnés de 14 Justines, ces vaches sculptées grandeur nature et peintes aux couleurs nationales des membres du European Milk Board (EMB), les producteurs de lait rallièrent, en délégations, la place du Luxembourg afin d’exposer la nécessité d’autoriser les producteurs laitiers à opérer un regroupement suffisamment fort au sein d’organisations paysannes indépendantes. Ils appelèrent également de leurs vœux la création d’une agence de monitoring du marché du lait. Ces deux revendications constituent, aux dires des manifestants, le fondement d’une agriculture pérenne telle que la conçoivent les consommateurs.

Bruxelles, le 4 mai 2011 : Dans trois semaines, les 24 et 25 mai, la commission agricole du PE statuera sur le rapport de James Nicholson, à qui avait été confié le soin de commenter les propositions législatives de la Commission relatives au marché du lait. Le projet actuel présente, de l’avis des producteurs laitiers affiliés à l’EMB, de criantes faiblesses et échouera également à concrétiser le souhait du Parlement de renforcer la position des producteurs sur le marché du lait.

Des délégations issues de divers états-membres ne perdent toutefois pas l’espoir de parfaire le rapport grâce à des amendements concrets. Sieta van Keimpema, Vice-présidente de l’EMB, expliqua : « Nous sommes aujourd’hui rassemblés sur le parvis du Parlement européen à Bruxelles dans le but d’adresser, avec encore plus de vigueur, nos revendications aux eurodéputés sensibles à notre cause. Nous avons allumé un feu, symbole des crises répétées attendues sur le marché du lait si les éleveurs de bétail laitier ne peuvent bénéficier, dans un cadre juridique établi, de la possibilité de se regrouper afin d’exercer une influence sur le marché et de garantir un juste prix. » Il est capital, selon l’EMB, que le regroupement ne soit nullement entravé au niveau national et puisse représenter, au niveau communautaire, jusqu’à trente pourcents des producteurs.

Willem Smeenk, membre français du comité directeur de l’EMB, ajouta : « Le regroupement impliquera, dans tous les cas, le rassemblement de producteurs au sein d’organisations indépendantes, qu’importe que ces dernières livrent leur lait à une laiterie privée ou à une coopérative laitière. » Le projet législatif ne prévoit à ce jour rien de tel. Au contraire, le texte envisage de placer les coopératives sous un régime particulier et prohibe également la fameuse „double appartenance“ à une coopérative et à une association de producteurs. Le Président de l’EMB, Romuald Schaber, rappela : « Sur la question du prix à verser au producteur, les grandes coopératives et les producteurs ne partagent pas les mêmes intérêts. Vis-à-vis toutes les laiteries, les éleveurs laitiers doivent, dès lors, avoir la possibilité, par la voie de leurs propres organisations représentatives, de fixer les règles de vente et les prix de base. »  

Et Romuald Schaber poursuit : « Le marché du lait se distingue par sa grande complexité et son caractère international; ce marché doit assurer l’approvisionnement des citoyens européens demandeurs de produits laitiers de qualité et fabriqués selon les principes du développement durable. C’est à l’Union européenne de bâtir le cadre qui permettra au marché du lait et à ses protagonistes de remplir cette mission envers la société. (…)

Par le biais d’un suivi et d’indicateurs précis fondés sur les coûts de production, un observatoire appelé « agence de monitoring » devrait garantir l’adéquation entre la production laitière et la demande exprimée pour ces produits. Une corrélation existe entre, d’une part, le renforcement de la position des producteurs grâce à des possibilités accrues de regroupement et d’autre part, l’obtention, à l’avenir, de prix rémunérateurs pour ces mêmes producteurs. » Les organisations de défense des consommateurs devraient collaborer au travail de l’observatoire car elles ont tout à gagner d’un approvisionnement fiable en produits frais, d’une gestion des exploitations laitières confiée aux agriculteurs et d’un juste prix garanti tout au long de la chaîne alimentaire, de l’étable à l’assiette. 

Le brasier couve, comme l’illustrèrent très clairement les délégations issues de multiples pays en allumant leurs feux de Bengale. En cas de rejet de ces revendications, une prochaine crise fera bientôt monter la température sur le marché du lait et des victimes seront à déplorer. Aujourd’hui, dans le souci de prévenir une flambée, les eurodéputés ont l’opportunité d’investir dans une législation intelligente et des conditions fiables et peu onéreuses afin d’encadrer la production laitière et d’ainsi éviter le recours à de coûteux « extincteurs » sous la forme de subventions à l’exportation ou d’interventions.  

A l’issue de ce rassemblement devant le Parlement européen, les producteurs de lait empruntèrent le chemin de la Commission afin d’y manifester contre la politique ultralibérale du Commissaire européen au commerce Karl de Gucht. Erwin Schöpges, membre belge du comité directeur de l’EMB, dénonça : « Par sa politique vouée à la « rentabilité à tout prix sur le marché mondial », Monsieur de Gucht sape les structures paysannes ; seules les filières industrielles et les banques font des profits. » Par ailleurs, les éleveurs de bétail laitier exprimèrent leur solidarité envers leurs homologues canadiens. Ces derniers parviennent depuis longtemps à pratiquer un alignement cohérent de la production sur la demande et obtiennent ainsi un prix rémunérateur pour leur lait. A laisser monsieur de Gucht agir à sa guise, c’est le marché canadien qui se retrouvera rapidement inondé de produits laitiers européens bon marché.  

 

A l’issue de la manifestation, des clichés en haute définition seront postés sur notre page internet à l’adresse www.europeanmilkboard.org.

Contact :

Silvia Däberitz, EMB 0049-176-38098500, office@europeanmilkboard.org

Sieta van Keimpema (NL, EN, DE): 0031-612-168000

Willem Smeenk (FR, DE, NL): 0033-686-436156

Romuald Schaber (DE): 0049-160-3524703

 

Veuillez trouver ci-joint le communiqué de presse.

Veuillez trouver ici des photos de l'action.

Veuillez trouver ici les revendications de l'EMB.

Veuillez trouver ici pour quelques reportages sur l'action de l'EMB:

http://brf.be/nachrichten/national/210860/

http://www.thedairysite.com/news/34410/protests-by-european-milk-prodcuers

http://www.vilt.be/Melkveehouders_EMB_eisen_sterker_Europees_zuivelpakket

http://www.farmersguardian.com/home/business/business-news/dairy-farmers-protest-in-brussels/38747.article

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20110504_090

http://www.lalibre.be/actu/international/article/658698/200-producteurs-laitiers-europeens-manifestent-a-bruxelles.html

http://www.metrotime.be/nlnewsbelga.html?telexid=61587832

http://www.grenzecho.net/zeitung/aktuell/shortnews_detail.asp?a={BA1828F7-4DA6-4166-B676-5EA15EF5ADAC}

http://www.youtube.com/watch?v=YGr-2yLGMmo 

http://www.sillonbelge.be/fr/article/il-faut-laisser-la-possibilite-aux-producteurs-de-renforcer-leur-position-previent-l-emb/11919.aspx 


Plus d'actualités

06.06.2017

Bulletin juin en ligne!

La Politique agricole commune (PAC) doit être réformée d’ici 2020 afin d’être mieux alignée sur les desiderata de la société. Compte tenu de l’importance de la PAC pour les agriculteurs, j’ai assisté, au nom de l’EMB, aux réunions du groupe de dialogue civil consacré à la PAC. lire la suite...

23.05.2017

4e Conférence européenne du lait équitable en Allemagne.

Invitation à la a conférence le 14 juin 2017 à Wurtzbourg, Bavière

12.05.2017

335 euros, un prix-plancher adéquat pour le lait en poudre d’intervention

(Bruxelles, le 15 mai 2017) Par le passé, la production était excessive et aujourd’hui, le marché du lait demeure dans l’impossibilité d’absorber ces volumes excédentaires. Actuellement, le mécanisme d’intervention couvre environ 350 000 tonnes de lait en poudre, un poids bien indigeste au vu des tensions sur le marché du...

10.05.2017

Bulletin mai en ligne!

Le beurre est cher et le prix du lait en poudre est bas Dans ce contexte, les laiteries paient des prix bas et pratiquement inchangés. La différence de prix entre les protéines et la matière grasse est anormalement élevée et on impute immédiatement la responsabilité du bas prix du lait en poudre au grand stock d'intervention...

09.05.2017

La commission agricole du Parlement européen vote en faveur d’un programme de réduction des volumes

Bruxelles, le 9. mai 2017 : La commission de l’agriculture du Parlement européen a marqué un premier pas vers la mise en place d’un cadre législatif pour un programme de gestion de crise permanent dans l’organisation commune du marché. La semaine dernière, ladite commission parlementaire s'est prononcée sur la proposition...

28.04.2017

Action en Suisse : « Halte au copinage ! »

La fédération paysanne Uniterre a mené hier (27 avril) une action symbolique en compagnie de « chasseurs de fantômes » devant le siège de la Fédération des producteurs suisses de lait (PSL). « La Fédération des producteurs suisses de lait (PSL) se trouve, dans le contexte actuel, dans l’impossibilité d’assumer, sur le marché...

18.04.2017

Seuls 77 % des coûts de production couverts dans le secteur laitier en Allemagne

(Bruxelles, le 18 avril 2017) Comme le démontre l’actuelle étude consacrée aux coûts de production par le bureau d’expertise sociologique et agricole BAL (Büro für Agrarsoziologie & Landwirtschaft), un prix moyen du lait à 33,76 centimes par kilogramme en janvier 2017 ne permet que de couvrir 77 pourcents des coûts de...

Afficher les résultats 50 à 56 sur un total de 555