Druckversion der Internetseite: European Milk Board

Name der Seite: Consommateurs
URL: http://www.europeanmilkboard.org/index.php?id=51
Autor: European Milk Board
Stand: 23.04.2014




Une nouvelle politique du lait profite aux consommateurs

Une nouvelle politique du lait s’impose

Des prix aux producteurs équitables pour assurer aux consommateurs un lait de qualité


Position des producteurs de lait européens (European Milk Board)

100 000 producteurs de lait de 14 différents pays se sont regroupés dans l’European Milk Board (EMB) pour ensemble défendre leurs intérêts. En effet, les Ministres de l’agriculture des États membres de l’Union Européenne ont contribué à la chute catastrophique du prix du lait car la politique agricole a encouragé l’augmentation de la production sur un marché déjà saturé. Les quantités de lait produites en Europe excèdent de loin les besoins, en l’occurrence la demande. Ce problème de quantité se traduit au final par une pression insoutenable sur les prix à la production.

Les laiteries versent aux producteurs laitiers à peine 18 à 24 centimes pour un kilo de lait. Ce prix ne couvre que de moitié les coûts de production. Dans de telles conditions, on ne compte plus en Europe les exploitations qui devront, ou ont déjà dû, mettre la clé sous la porte. Il en résulte une production de lait reposant sur un nombre d´exploitations bien moindre. Une telle concentration conduit à industrialiser la production du lait et va à l’encontre de notre objectif d’assurer une production de toujours meilleure qualité.


Avec ses instruments jusqu’ici utilisés, le pouvoir politique a échoué.

Quelles mesures ont été prises jusqu´à aujourd´hui?

Les quotas de lait (le cadre définissant la production) ont été relevés. La crise économique (responsable de la baisse de la demande) s’étant greffée dessus, cette mesure a entraîné la dite surproduction. Lorsque le problème s´est posé de manière évidente, l´UE a décidé d´inonder d´autres marchés avec les excédents du marché européen. A nouveau, les fonds européens ont servi à subventionner les exportations de produits laitiers. Et, à nouveau, la réintroduction des primes à l´exportation a permis aux laiteries tournées vers l´exportation ainsi qu´aux grands groupes commerciaux de vendre sur le marché mondial des produits laitiers artificiellement bon marché. Ce dumping sur les prix fait du tort aux petits producteurs, et ce dans les pays en voie de développement. Les subventions à l’exportation n’ont pu non plus empêcher la chute vertigineuse des prix en Europe. Le rachat renforcé du lait en poudre et du beurre par les États n´a pas non plus donné de résultats convaincants. Il est donc utilisé des fonds qui, non seulement n´aident pas les producteurs européens mais en plus portent atteinte aux producteurs d’autres pays. Ce sont les contribuables qui financent ces mesures dont le total se chiffre, pour cette année seulement, en millions d´euros.

 

Une nouvelle politique laitière profite aussi aux consommateurs

Un prix plus équitable pour le lait est non seulement d´une importance décisive pour la survie des exploitations mais également pour un approvisionnent régional en produits laitiers sains et d´une qualité irréprochable.

Les excédents sont bien à l´origine du niveau catastrophique des prix. Il faut, par conséquent, ajuster les quantités produites à la demande réelle en lait et en produits laitiers. Les producteurs de lait attentent des décideurs politiques qu´ils mettent enfin en place les conditions adéquates requises. C´est seulement lorsque l´équilibre se fait entre l´offre et la   demande que les producteurs ont un rôle à part entière sur le marché et peuvent imposer des prix équitables.


Que faire concrètement?


A court terme, les instances politiques doivent utiliser les instruments de régulation de la production du lait déjà existants et réduire la production pour permettre le plus rapidement possible aux laiteries d’acheter le lait à un prix couvrant les coûts de production. Une mesure complémentaire doit encourager les producteurs de toute l´Europe à volontairement produire moins.

L´EMB propose également:

Des mesures qui garantissent sur le long terme des prix couvrant les coûts de production :

1.    Ensemble, les producteurs de lait, les organisations de consommateurs, les laiteries ainsi que les décideurs politiques prennent leurs responsabilités. Ils permettent à une instance de contrôle européenne d´observer l´évolution du marché et des coûts de production. Ce qui permet de définir exactement la demande en lait, l’objectif étant toujours d’assurer aux producteurs un prix de lait rémunérateur.

2.    Une production du lait orientée sur la demande exige un cadre juridique et un fond de prélèvement financé par les producteurs. Concrètement, les producteurs de lait versent une certaine somme dans une caisse avec laquelle seront versés des dédommagements aux producteurs lorsque ceux-ci seront amenés à produire moins. Cette mesure permet de réduire et d´augmenter la production à la demande.

3.    Pour que la solution d´une production de lait orientée sur la demande donne des résultats, il faut aussi à l´échelle de l´Union européenne, fixer juridiquement le quota s’appliquant à chaque exploitation, en s´appuyant sur les structures déjà existantes (quota laitier par exploitation).

4.    Par ailleurs, il est crucial de permettre aux producteurs de se regrouper pour peser de tout leur poids sur le marché : il ne faut plus qu’un éleveur se retrouve seul face à l´industrie laitière mais tout faire au contraire pour pouvoir négocier tous ensemble à pied d’égalité avec l’industrie.